L’île de Korcula

Jour x (on ne sait plus trop en fait).

Cela fait 3726 kms que nous avons quitté notre maison et, franchement, elle ne nous manque pas. Nous en sommes à notre 8eme pays et emmagasinons toujours plus d’heures de soleil. 

Samedi, nous avons quitté le Monténégro pour rejoindre l’île de Korcula, située à une centaine de kms au nord de Dubrovnik (ville que nous avons épargné aux enfants car nous l’avions déjà visitée il y a 7 ans). Nous avons posés nos valises (enfin plutôt garé notre van) dans un petit camping avec sa petite plage privée afin que les petits puissent à nouveau pratiquer leurs jeux favoris dans l’eau. Et puis aussi pour se reposer un peu après beaucoup de jours de transhumances depuis la fin juin. 

Malgré la barrière de la langue dans ce camping colonisé par les Slovènes, nous nous y sentons bien et avons rencontré quelques Français qui y passent également. Cela faisait longtemps que nous n’avions plus parlé notre langue maternelle. C’est aussi l’occasion pour Alexis d’avoir ses premiers copains de vacances et de les garder quelques jours. Ce petit camping familial et en bord de mer nous a vraiment séduit et nous le conseillons à tout ceux qui cherchent la tranquillité et/ou un bon spot pour les sports nautiques. On ne comptait plus les planches à voile, les paddle et les kayaks entreposés dans le camping ou au bord de la plage.

Il n’y a pas grand chose à rajouter vu que nous n’avons pas encore quitté le camping depuis notre arrivée. La vie de nomade ne signifie pas uniquement de se déplacer constamment mais aussi de trouver l’endroit idéal pour sa tribu. C’est ce que nous avons trouvé dans ce petit camping et c’est pourquoi nous y sommes restés si longtemps sans bouger.

Plein les yeux

C’est comme cela que nous pourrions résumer le Monténégro. Nous y avons passé 7 jours et avons vu 4 parcs nationaux. Une cadence de Japonais à Bruxelles certes mais on peut dire qu’on en a pris plein les yeux. Nous avons vogué au gré de la météo. 2 jours à Virpazar dans le parc national du Lac Shkoder. Nous l’avons quitté car trop chaud  (36 degrés et peu de moyens de se rafraîchir). Nous avons pris la route du parc du Durmitor: 1500 mètres plus haut et 15 degrés de moins. Rafraîchissant mais un peu caillant la nuit quand même  (7 petits degrés seulement) et de la pluie ensuite. On a donc remballé tout après deux jours pour prendre la direction du parc du Lovcen. 1300 mètres d’altitude mais en repassant par le point zéro. Une vraie étape de montagne. Là, la température était parfaite: un beau soleil dans un ciel bleu et un petit vent rafraichissant. Finalement, nous sommes redescendus dans la baie de Kotor par une route assez vertigineuse.

Toutes ces étapes nous ont fait découvrir ou traverser des paysages magnifiques. Une nature abondante et peu “bétonnée”. Un régal pour les yeux autant dans les différents parcs que sur les routes les reliant. Ce pays est vraiment magnifique et mérite d’y passer un peu plus de temps mais avec les enfants,  nous sommes déjà énormément satisfaits de ce que nous avons pu en voir. Le retour à Kotor à été un peu un choc pour nous, une espèce de retour à la civilisation, bombardé de touristes, après ces quelques jours dans l’immense beauté préservée de ce pays où tout semblait nous appartenir. 

Les photos suivront.

Over

 

Crna Gora… waouw

Ce matin, nous avons donc quitté l’Albanie pour le Monténégro,  qui n’était qu’à une quarantaine de kilomètres. Passage de la douane sans soucis et accueil chaleureux du douanier. Pour info, il n’y a plus de taxe en Albanie, ni d’ecotaxe au Monténégro. 

Dès l’entrée dans ce pays, nous sommes subjugués par le décor. La nature est omniprésente. Les montagnes sont imposantes et le vert est la couleur dominante. C’est tout simplement magnifique, et ce n’est que le début. 

Notre première étape sera au bord du lac Shkoder/Skodar qui est le plus grand lac des Balkans et s’étend sur le Monténégro et l’Albanie. Les abords de ce lac côté montenegrin sont classés parc national. 

Nous avons pris une chambre d’hôte pour un peu bénéficier de la climatisation tellement il fait chaud. La vue de la terrasse est juste magnifique.

Nous réservons directement un tour sur le lac pour l’après midi dans un petit bateau privé. Les dizaines de montagnes qui bordent le lac rendent les paysages superbes. Les enfants ont vraiment adoré la balade et ont passé leur temps à observer autour d’eux. Nous avons même eu droit à plonger un peu dans le lac au grand bonheur d’Alexis qui nage de mieux en mieux.

L’Albanie 

Demain, nous quitterons déjà L’Albanie après 4 jours ou nous sommes principalement resté au camping ou du moins dans le village de Barbullush. Le camping était vraiment parfait: très beau terrain, belle piscine, sanitaires impeccables et restaurant très sympa. Un petit bémol cependant: nous étions à peu près seuls dans le camping et un peu “perdus” dans un pays peu connu,  nous aurions aimé un peu plus de contacts avec les propriétaires. Nous nous attendions à ce qu’ils nous expliquent avec passion tous les atouts de ce pays pour lequel ils ont tout plaqué il y a plus de 20 ans, mais rien. C’est un peu dommage car nous aurions peut-être eu besoin de cette impulsion pour aller un peu plus loin dans ce pays. Tant pis.

Malgré tout, nous avons adoré nous promener dans ce petit village qui semble s’être arrêté dans le temps. Presque tout le monde y vit encore avec sa vache, ses poules, un cochons ou quelques moutons. Les jardins sont remplis de fruits et légumes. Les paysans ont parfois un tracteur, d’un autre âge pour nous, mais plus souvent un âne ou un cheval qui tire une vieille carriole. Ils vivent quasiment en autosuffisance ou alimentent simplement le minimarket du coin.

Mais le plus beau, c’est leur sourire à chaque fois qu’ils nous croisent. Leur main tendue pour nous faire un signe ou même pour serrer la nôtre. Ils parlent quelques mots d’italien ou pas et connaissent un peu la Belgique, surtout grâce à sa redoutable équipe de foot qui va gagner l’Euro  (ah non en fait!). 

C’est également très bon marché et il y a une nature incroyable à découvrir  (et à préserver j’espère).

A aucun moment, nous n’avons ressenti une quelconque forme d’insécurité, bien au contraire.

Au niveau du climat, là où nous sommes, il fait très beau et chaud. Un régal.

En résumé, une destination à découvrir à tout (petit) prix.

Photos à venir…